I wanted to let you know about…

Culture & Communication

Le Club des Sous l’Eau au Palais de Tokyo dans le cadre de Nouvelles Vagues

LE CLUB DES SOUS L’EAU

Un projet conçu par Gallien Déjean et Fanny Schulmann

DANS LE CADRE DE LA SAISON NOUVELLES VAGUES AU PALAIS DE TOKYO

21 JUIN – 9 SEPTEMBRE 2013 

VERNISSAGE JEUDI 20 JUIN

image6

Avec : Louis Boutan, Jean Comandon, Louis de Corlieu, Ligia Dias, Stéphane Devidal, Philippe Halsman, Geneviève Hamon, Marie Jager, Sachin Kaeley, Yves Le Prieur, Genêt Mayor, Christian Newby, Noyade (Lemoine & Minkkinen), Jean Painlevé, Pierre Paulin, Bruno Persat, Mary Ping, Florian & Michael Quistrebert, Clément Rodzielski, Analia Saban, We Are The Painters, Pedro Wirz en collaboration avec Christian Rothmaler et Gerda Åkesson 

Jean Painlevé (1902-1989) est considéré comme l’un des pionniers du cinéma scientifique. D’abord négligé par la communauté savante, qui juge indigne le cinéma en tant qu’outil d’observation, il est bientôt remarqué par les surréalistes qui admirent la vision plastique et évocatrice de ses films. L’univers de Painlevé est riche d’une multitude d’aspects, parfois méconnus, qui s’entrelacent : le croisement entre l’art et les sciences, l’outil documentaire abordé comme une délimitation fictionnelle du naturel, la politique (l’engagement antifasciste), la fabrication de produits dérivés déclinant les motifs qui font l’obsession du cinéaste (hippocampes, algues) sous la forme de tissus, de papiers peints et de bijoux.

En 1934, Painlevé fonde le Club des Sous l’Eau avec le commandant Yves Le Prieur. L’association, constituée d’amateurs, d’inventeurs, d’artistes et de chercheurs de trésor est dédiée à la promotion et au développement des techniques de prises de vue sous-marines. Premier club de plongée au monde, le groupe participe de la découverte et de la domestication d’un univers sauvage jusque-là inexploré.

En 2012, tel des bernard l’hermite investissant la coquille vide d’un vieux gastéropode, quelques personnes réactivent le Club des Sous l’Eau en organisant des réunions nocturnes dans des bars, des baptêmes de plongée, des projections, des conférences et des concerts. Le club devient alors la structure permettant de tester des méthodologies collectives au sein d’une expérience dont l’exposition ne serait que l’une des extensions possibles. Le cinéma et l’exposition sont envisagés ici comme métaphores réciproques : ces instruments de monstration et de classification du réel sont, tous deux, des dispositifs technologiques destinés à conserver le règne naturel qu’ils ont eux-mêmes supplantés.

Les ruines cristallisées de ce monde disparu dorment aujourd’hui sous les profondeurs subaquatiques. Elles attendent, pour remonter à la surface du présent, le pêcheur de perle qui saura les assembler en des poétiques nouvelles.

Le club remercie les Documents Cinématographiques, le Service historique de la Défense, le musée national de la Marine, la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins, le Baron Samedi et Born Bad.

Télécharger le dossier de presse complet (pdf-FR)
Download the press release (pdf-ENG)

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :